Mini station d’épuration

Faire une demande

 

Mini station d’épuration

L’installation d’une mini station d’épuration est obligatoire pour tout habitat non relié au tout à l’égout. Sa mise en place requiert une parfaite connaissance de la législation en vigueur, un bon choix de l’emplacement et une maîtrise de la technique à appliquer.

Les travaux sont assez conséquents et nécessitent une préparation adéquate en amont de l’implantation. Voici ce qu’il faut connaître à propos d’une mini station d’épuration, ce que dit la Loi au sujet de son installation.

Le rôle d’une mini station d’épuration consiste à traiter les eaux usées et les eaux-vannes domestiques, comme l’eau provenant des lavabos, des toilettes, des douches, des éviers. Son fonctionnement est similaire à celui d’une station d’épuration classique.

L’installateur a le choix entre deux méthodes de traitement : à culture fixée ou à boues activées. Le processus est simple : les enzymes et les bactéries présents dans les eaux usées de l’habitat favorisent la destruction de matières organiques.

La pose d’une mini station d’épuration est encadrée par une législation stricte, les travaux y afférents faisant partie des travaux de raccordement à effectuer lors de l’achat d’un terrain ou au cours de la construction d’une maison.

Ce type d’équipement doit être conforme aux normes et aux agréments définis par le Ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la mer et d’autres organismes locaux.

Une mini station d’épuration légale doit posséder un numéro d’agrément délivré par le Ministère de tutelle, certifiant que la construction a été réalisée dans le respect de la Loi en vigueur.

L’équipement doit aussi comporter un numéro CE garantissant sa conformité aux normes européennes. Le dispositif doit également respecter les taux de rejet et de pollution organique fixés par un arrêté datant du 7 septembre 2009.

À ces dispositions s’ajoutent les obligations de tenir compte des exigences environnementales, des spécificités hydrogéologiques du terrain et des distances à respecter par rapport aux maisons voisines.

 

Quel est le principe de fonctionnement d’une mini station d’épuration ?

La vocation même d’une mini station d’épuration consiste à traiter suffisamment les eaux usées afin qu’elles puissent être rejetées dans le milieu naturel, dans un fleuve, une rivière, etc. Son fonctionnement se divise en 3 étapes.

  • 1ère étape de traitement : le prétraitement et la décantation

Cette étape se passe dans un premier bassin où les éléments solides des eaux usées sont séparés des éléments liquides.

Les matières solides sont absorbées, en partie, par des bactéries appelées « anaérobies » se traduisant littéralement par « bactéries qui ne consomment pas d’air ».

Au terme de ce prétraitement, les eaux usées se transforment en un effluent liquide. Pour éviter les nuisances olfactives, es gaz produits au cours du processus sont évacués par un système spécifique de ventilation.

  • 2ème étape : le réacteur biologique

L’effluent provenant du premier traitement passe dans un second compartiment de la mini station d’épuration : le réacteur biologique. Cette seconde phase du traitement consiste à aérer la matière à l’aide d’un générateur d’air et de laisser travailler des bactéries qui consomment de l’oxygène (bactéries épuratrices aérobies).

Grâce à l’action de ces micro-organismes, l’effluent se dégrade, la pollution diminue et l’ammonium est converti en nitrate.

  • 3ème étape : la clarification

Au cours de cette phase de clarification, les matières en suspension sont séparées des eaux traitées afin que ces dernières puissent enfin être déversées dans le milieu naturel.

Pendant le processus, les boues secondaires sont amassées dans la partie inférieure du dispositif. Par la suite, elles sont renvoyées dans le premier bassin via un système de recirculation.

Après cette étape finale de l’épuration, les eaux clarifiées peuvent être rejetées dans un cours d’eau, mais il faut demander au préalable un avis favorable du SPANC (Service public d’assainissement non collectif).

En cas de rejet dans le sol, l’opération peut s’effectuer par infiltration directe ou par irrigation des végétaux.

Il existe plusieurs types de méthodes d’assainissement visant à purifier l’eau pour la réutiliser. Parmi ces méthodes, on note entre autres les fosses septiques toutes eaux, les filtres à roseaux et la plus en vogue : les microstations d’épuration.

En raison de ces nombreux avantages, l’installation de microstations d’épurations en a déjà séduit plus d’un. Vous avez prévu installer une mini-station d’épuration et vous désirez avoir plus de renseignements ? Vous êtes au bon endroit.

Une mini-station d’épuration est un système d’assainissement agréé par le Ministère de l’Écologie. Son installation nécessite la réalisation de plusieurs travaux et est considérée comme une méthode individuelle de traitement des eaux usées.

De la conception de plans à l’installation du dispositif en passant par le terrassement, le raccordement, le remblaiement et la ventilation, le savoir-faire d’un professionnel est nécessaire.

Le mode de fonctionnement d’une mini-station d’épuration est semblable à celui d’une station d’épuration urbaine. En effet, ils utilisent tous les deux un procédé à boue activée.

Selon ce procédé, les micro-organismes contenus dans l’eau usée jouent un rôle destructeur de matière organique. Le traitement des eaux usées domestiques se fait en trois principales étapes. Il s’agit de la décantation, du passage dans le bassin de réaction et enfin de la clarification de l’eau.

 

Le prix d’une mini-station d’épuration

Vous désirez faire construire une maison sur un petit terrain où le tout-à-l’égout ne passe pas et la surface restante ne vous permet pas d’envisager un assainissement classique. Il reste une solution à la fois efficace et écologique : la mini-station d’épuration.

Vous en avez entendu parler, mais n’êtes pas au courant des prix de la mini-station d’épuration et de son installation. Voici les quelques renseignements qu’il vous faut connaître.

 

Les différents éléments indispensables pour faire poser une mini-station d’épuration

Pour qu’une mini-station d’épuration puisse fonctionner, il est nécessaire d’avoir un branchement électrique permanent. Si la zone est rurale et les coupures d’électricité fréquentes, il faut également un groupe électrogène de secours ainsi qu’un onduleur pour lui apporter un courant régulier.

Sachez aussi qu’une mini-station d’épuration d’une cuve ou deux est compartimentée en plusieurs zones, car son but est de dégrader tous les éléments polluants qu’elle rencontre en utilisant des micro-organismes anaérobies voraces.

L’assainissement se déroule en trois étapes, tout d’abord le liquide est séparé des matières solides.

Ensuite, les bactéries entrent en jeu pour éliminer les boues et graisses puis les eaux usées traitées sont évacuées par plusieurs systèmes tels que l’irrigation ou l’infiltration, etc. Il existe cependant deux systèmes de mini-station d’épuration.

Elles sont soit à culture fixée sur un support composé de fibres végétales, de minéraux ou autres, soit elles sont à culture libre car elles contiennent des bactéries en suspension.

 

Les différents prix d’une mini-station d’épuration

Pour une maison d’habitation de 2 à 5 personnes, le prix d’une mini-station d’épuration tourne autour de 6000€. Entre 6 et 10 personnes, il faut compter 8 000€ et plus de 10 000€ au-delà de 10 personnes.

La capacité de la mini-station d’épuration se numérote en EH ou équivalent habitant et l’assainissement individuel 1EH soit une pièce principale.

La mini-station d’épuration a aussi besoin d’un entretien très régulier qui est de 6 mois ou d’un an. Pour cette surveillance, tous les équipements électromécaniques sont vérifiés car elle ne doit jamais laisser passer de l’eau non assainie.

Si les boues de la mini-station d’épuration représentent 30% du volume total du réservoir, il est alors obligatoire de faire vidanger la mini-station d’épuration. Pour les familles nombreuses, cette vidange est réalisée en moyenne tous les 6 mois.

En général, les vendeurs de mini-stations d’épuration proposent souvent des contrats forfaitaires d’entretien et de maintenance dont les premiers tarifs sont à un peu plus de 200€. Attention, ces prix ne comprennent pas les vidanges.

 

Qui peut installer une mini-station d’épuration ?

Une mini-station d’épuration doit obligatoirement être installée par un spécialiste agréé. Il va déterminer où poser la mini-station d’épuration et à partir de là son équipe commencera la fouille où la mini-station d’épuration sera enterrée.

Les diverses tranchées obligatoires au bon fonctionnement de votre mini-station d’épuration seront effectuées pour acheminer l’électricité, les eaux usées et l’eau assainie.

 

A noter

La mini-station d’épuration ne peut être installée que sur agrément du ministère de l’Environnement et de l’Ecologie. Pour savoir exactement si vous pouvez en mettre une chez vous, il faut vous rapprocher auprès du Service Public d’Assainissement Non Collectif de votre région.

Les agents de ce ministère vous indiqueront la démarche à suivre pour déposer votre dossier et effectuer une étude des sols et divers diagnostics de faisabilité. A cette occasion, prévoyez une somme d’un montant d’environ 1000€ pour la réalisation de ces études.

Bien que très efficace, la mini-station d’épuration n’est pas éligible au prêt à taux zéro. Pour le type à déterminer que vous pourrez avoir pour votre résidence, vous serez accompagné par la SPNAC. L’avantage indéniable de cette mini-station d’épuration, c’est qu’elle n’occupe au maximum qu’un espace d’environ 10m².

Si votre logement, votre restaurant ou tout autre bâtiment dont vous êtes propriétaire n’est pas raccordé au tout-à-l’égout, vous devez alors faire installer un dispositif d’assainissement non collectif. La micro station d’épuration fait partie des systèmes privilégiés dans cette situation, car elle n’utilise aucun produit chimique, ne crée pas d’odeurs désagréables et qu’une fois installée, elle est peu encombrante.

Mais ce type de travaux est relativement onéreux, et il convient donc de s’informer sur les diverses technologies existantes et les prestataires qui proposent ces dispositifs, afin d’être certain d’opter pour le bon produit. De même, il est parfois judicieux de procéder à une étude de sol par un professionnel avant les travaux, qui vous coûtera entre 200 et 500 €.

Tout l’intérêt du concept Planète Services, c’est d’être au plus proche de vous pour vous renseigner sur le domaine de votre projet en y récupérant toutes les informations dont vous avez besoin.

Le site vous permet d’affiner votre projet et de faire une demande de devis. Vous récupérez des réponses aux quelques possibles questions que vous vous posez !

Planète Services vous propose un accompagnement personnel directement chez vous sans contrainte et ce gratuitement, afin de vous proposer le professionnel qui vous correspond le mieux.

 

Le prix du matériel

Au moment de faire installer une micro station d’épuration, il faut s’intéresser de près aux caractéristiques de la cuve, dont le prix peut varier entre 4000 et 10 000 € et représente la majeure partie du budget.

Le coût de ce dispositif varie en fonction de plusieurs critères :

  • Sa taille, qu’il faut choisir en fonction du nombre d’habitants et de pièces principales dans le logement.
  • Le matériau avec lequel il est fabriqué : les cuves en polyester à la fibre de verre sont souvent les plus onéreuses, mais sont aussi les plus durables et les mieux adaptées. Les cuves en béton sont un peu moins coûteuses, mais seront plus difficiles à extraire en cas de besoin. Le PVC est le matériau le plus économique pour une micro station d’épuration, mais se veut toutefois moins résistant.
  • La technologie utilisée : il existe des cuves fonctionnant par culture libre simple, qui sont les moins chères du marché à l’achat, mais requièrent des vidanges plus fréquentes, ce qui a un coût. Vous devrez débourser une somme un peu plus importante pour une mini station d’épuration à culture fixée (de 1000 à 3000 € de plus). Les modèles SBR sont les plus coûteux, car il s’agit de systèmes plus sophistiqués, à haut rendement d’épuration.

Si l’on entre un peu plus dans les détails, on constate que les prix moyens sont les suivants :

  • Pour un habitat de 1 à 5 Équivalent-Habitants, comptez entre 4000 et 8000 €, avec une moyenne de 5500 €.
  • Pour un logement, un local commercial, ou tout autre bâtiment de 7 à 10 Équivalent-Habitants, le coût moyen oscille entre 7000 et 10 000 €.
  • Au-delà de 11 personnes, on estime qu’il faut débourser au minimum 9000 €.

 

Les tarifs de pose d’une mini station d’épuration

Hormis l’achat de la cuve, il faut également penser au tarif pratiqué par l’entreprise qui va la poser. Son devis comporte plusieurs éléments tels que les frais de transport et de déplacement, le prix de la cuve si c’est l’entreprise qui en fait l’achat, la pose et la mise en service du dispositif. 

La somme globale va donc varier en fonction de ces critères, mais aussi selon le terrassement (estimé entre 30 et 60 €/m³), à la situation géographique du bâtiment, à la distance entre la cuve et le logement, à la remise en état du terrain une fois l’installation terminée, etc.

Le tarif horaire des entreprises d’assainissement est en moyenne de 60 à 80 €, et il faut compter plusieurs jours pour la totalité des travaux. Ainsi, l’installation revient en moyenne entre 2000 et 5000 € pour les installations domestiques. Les travaux de plus grande ampleur, pour les entreprises, les écoles, les restaurants, etc., peuvent atteindre des sommes bien plus importantes, de 6000 à plus de 10 000 €.

Sachez toutefois que ces prix dépendront également du taux de TVA, puisque si vous faites remplacer un système d’assainissement qui n’est plus aux normes par une mini station d’épuration, vous profiterez d’un taux réduit de 10 %. Vous pouvez également demander une aide financière auprès de l’ANAH, sous certaines conditions de revenus et selon les caractéristiques du logement.

 

Les coûts d’entretien

Le budget pour une mini station d’épuration ne se limite pas à sa pose, il faut également prendre en compte les frais annuels :

  • Lorsque l’installation est terminée, le SPANC effectue un contrôle périodique pour vérifier que tout a été réalisé en accord avec le dossier préalablement déposé. Il faudra alors compter entre 50 et 300 €.
  • Les entreprises peuvent par ailleurs vous proposer des contrats de maintenance, afin d’entretenir régulièrement la cuve et de vérifier qu’elle reste en bon état.
  • Une vidange de la station d’épuration est également nécessaire dès lors qu’il y a plus de 30 % de boue dans la cuve. Bien souvent, on réalise cette opération une ou deux fois par an, parfois moins, et le tarif moyen oscille entre 100 et 300 €.

 

Les questions les plus fréquentes concernant l’installation d’une mini-station d’épuration :

Comment fonctionne une mini-station d’épuration ?

La microstation étant composée de trois différentes cuves, chaque étape se déroule dans chacune de ses cuves. Pour commencer, les eaux usées sont conduites vers le bassin d’aération pour subir un traitement.

Ensuite, la mini-station injecte de l’air dans la cuve pour traiter biologiquement les matériaux polluants. Cette opération engendre le stockage des boues qui devront être vidangées plus tard. Dans la deuxième cuve, les matériaux figurant dans les eaux usées sont décantés et renvoyés vers la cuve d’aération.

Après traitement, la terre est la destination finale des eaux usées tandis que tous les matériaux polluants se retrouvent dans la première cuve.

Toutefois, il est important de nourrir régulièrement les bactéries afin de permettre leur bon développement de ceux-ci et donc un bon processus de traitement des eaux.

 

Pourquoi opter pour l’installation d’une microstation d’épuration ?

Vous avez plusieurs raisons de choisir une mini-station d’épuration comme méthode d’assainissement individuelle. D’abord parce qu’elle est compacte et peut s’installer sur n’importe quelle surface.

Ensuite parce que le système utilisé pour le traitement des eaux usées domestiques est 100 % naturel et donc sans produits chimiques. Aussi, contrairement aux autres méthodes d’assainissements, son utilisation est sans odeur grâce à sa fonction d’oxygénation interne.

La cuve d’une microstation d’épuration ne dispose pas de pompe ni d’équipements électroniques. Par conséquent, ceci réduit considérablement le risque de panne et favorise le bon fonctionnement du dispositif.

Grâce à sa matière béton, ce dispositif d’assainissement est très résistant et durable. De plus, vous pouvez également bénéficier de l’aide de l’ANAH sous certaines conditions. Les retraités ayant opté pour l’installation de ce système d’assainissement pourront percevoir une retraite du régime général.

 

Quels critères d’éligibilités pour l’installation d’une mini-station d’épuration ?

Avant d’installer votre mini-station d’épuration, vous devez vous assurer que les installations soient neuves et conformes aux normes en vigueur :

  • Votre mini-station doit posséder un numéro d’accréditation ministériel, grâce à ce critère, vous pourriez installer votre dispositif d’assainissement en avertissant simplement le service public d’assainissement non collectif.
  • Elle doit posséder un numéro CE : C’est la seule manière d’être sur qu’elle soit conforme aux normes européennes.
  • Elle doit également respecter le taux brut de pollution fixé par l’État.

Par ailleurs, l’installation de votre mini-station d’épuration doit se faire par un professionnel agréé.

L’installation d’une mini station d’épuration est obligatoire pour tout habitat non relié au tout à l’égout. Sa mise en place requiert une parfaite connaissance de la législation en vigueur, un bon choix de l’emplacement et une maîtrise de la technique à appliquer.

Les travaux sont assez conséquents et nécessitent une préparation adéquate en amont de l’implantation. Voici ce qu’il faut connaître à propos d’une mini station d’épuration, ce que dit la Loi au sujet de son installation.

Le rôle d’une mini station d’épuration consiste à traiter les eaux usées et les eaux-vannes domestiques, comme l’eau provenant des lavabos, des toilettes, des douches, des éviers.

Son fonctionnement est similaire à celui d’une station d’épuration classique. L’installateur a le choix entre deux méthodes de traitement : à culture fixée ou à boues activées.

Le processus est simple : les enzymes et les bactéries présents dans les eaux usées de l’habitat favorisent la destruction de matières organiques.

La pose d’une mini station d’épuration est encadrée par une législation stricte, les travaux y afférents faisant partie des travaux de raccordement à effectuer lors de l’achat d’un terrain ou au cours de la construction d’une maison.

Ce type d’équipement doit être conforme aux normes et aux agréments définis par le Ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la mer et d’autres organismes locaux.

Une mini station d’épuration légale doit posséder un numéro d’agrément délivré par le Ministère de tutelle, certifiant que la construction a été réalisée dans le respect de la Loi en vigueur.

L’équipement doit aussi comporter un numéro CE garantissant sa conformité aux normes européennes. Le dispositif doit également respecter les taux de rejet et de pollution organique fixés par un arrêté datant du 7 septembre 2009.

À ces dispositions s’ajoutent les obligations de tenir compte des exigences environnementales, des spécificités hydrogéologiques du terrain et des distances à respecter par rapport aux maisons voisines.

 

Les installations d’assainissement : comment et à quel prix ? 

Au 1er janvier 2013, l’ensemble des habitations n’étant pas relié au système d’assainissement collectif se devaient de faire installer une fosse septique ou tout système individuel capable de traiter les eaux usées.

Voilà pourquoi il est maintenant obligatoire de fournir un diagnostic effectué par le Service Public d’Assainissement Non Collectif lors d’une vente immobilière.

Si votre installation n’est pas aux normes, vous disposez alors d’un an pour réaliser les travaux nécessaires ou devez en informer le nouvel acquéreur, qui disposera du même délai.

Le coût de tels travaux oscille entre 1500 et 8000 €, en fonction de nombreux critères tels que les matériaux utilisés, le prestataire choisi, les caractéristiques de votre terrain, etc.

La moyenne constatée sur l’ensemble du territoire français est évalué à 6800 €, ce qui constitue donc un investissement conséquent.

Mais sachez que cela pourra vous éviter de lourdes amendes, vous aidera à vendre votre terrain le cas échéant, et qu’il est possible de bénéficier d’un prêt à taux zéro, dans la limite de 30 000 €, sur une durée de remboursement maximale de 15 ans.

La législation impose également des obligations aux propriétaires de bâtiments qui se trouvent dans des communes équipées d’installations collectives.

Il leur faut en effet se raccorder au système collectif dans les 2 ans qui suivent sa mise en service, ce qui nécessite à la fois la réalisation de travaux sous la voie publique et sous votre propre terrain.

Le coût sera un peu moins élevé que dans le cas d’un système individuel, mais reste non négligeable : entre 200 et 400 €/mètre linéaire pour la pose des canalisations par un professionnel, auxquels il faut ajouter une taxe de la commune se situant entre 500 et 1000 €.

Il est également possible que des frais supplémentaires viennent alourdir la note : condamnation d’une ancienne fosse septique, pompe de relevage, etc. Toutefois, sachez que la mairie peut prendre en charge une partie de ces dépenses, sous certaines conditions.

 

Choisir son système de gestion des eaux usées

  • Quelle doit être la capacité de la cuve ?

On estime qu’une habitation doit disposer d’une cuve de 3000 litres dès lors qu’elle a 5 pièces principales ou moins, de 4000 litres pour 6 pièces principales et de 5000 litres pour 7 pièces.

  • Quel matériau pour ma fosse septique ?

Peu recommandé, l’acier fait partie des matériaux qui ont la durée de vie la moins longue. En revanche, le béton est plébiscité pour sa tenue dans le temps (environ 20 ans avec un bon entretien) et son bon rapport qualité-prix.

Le plastique est un également un bon compromis, qui se veut durable et moins cher que le béton, mais qui subit parfois des dommages importants au cours de son installation.

 

L’installation de la fosse septique 

  • Puis-je disposer la fosse où bon me semble ?

Il est indispensable de respecter certaines règles pour installer votre fosse : elle doit être à au moins 35 mètres d’un puits, 5 mètres de la résidence, 3 mètres des limites de propriété et des arbres. Par ailleurs, elle ne doit pas se situer sous un espace où passent des véhicules ou sous un stock de charges lourdes.

  • Ai-je besoin d’une autorisation ?

Pour installer un système d’assainissement individuel, il faut d’abord déposer un dossier en mairie et attendre sa validation par le SPANC, qui effectuera un diagnostic coûtant entre 80 et 150 €. Dans certains cas, il vous faudra également faire une demande de permis de construire pour réaliser les travaux.

  • Dois-je obligatoirement faire appel à des professionnels du bâtiment ?

 

Vous êtes libre de réaliser vous-même les travaux, mais à vos risques et périls puisqu’il s’agit d’une opération complexe ! Avec une entreprise spécialisée, vous avez en effet la garantie que la pose se fait de manière sécurisée et adéquate, évitant ainsi une éventuelle pollution de l’eau ou des dégâts coûteux à réparer.

De plus, pour bénéficier du prêt à taux zéro, il faut absolument passer par une entreprise certifiée RGE.

Choisir le bon intervenant reste la tâche la plus difficile pour éviter au mieux toutes mauvaises surprises. C’est pourquoi Planète Services à mis à votre disposition son site d’informations sur votre projet avec une FAQ et un Guide de prix.

Il nous vous suffira plus qu’à faire votre demande d’accompagnement personnalisée de Planète Services directement chez vous et ce gratuitement.

Faire une demande


Concrétisez
vos projets

Avec
Planète Services

Pap'S partout

Trouvez rapidement et gratuitement une
entreprise de qualité pour réaliser vos projets

Faire une demande