Ravalement de façade

Publié le 21/03/2019

Si vous êtes propriétaire d’un bien, vous êtes légalement tenu de le maintenir en bon état, et notamment d’en faire ravaler la façade lorsque celle-ci est dégradée. Dans certaines villes, il est même obligatoire de réaliser ce type de travaux tous les 10 ans, sous peine de lourdes amendes.

Il convient donc de s’intéresser au coût que représente un ravalement de façade, afin d’anticiper un budget adéquat,puisque les prix peuvent fortement varier d’une technique à une autre et selon l’état originel de la façade. Là où un simple ravalement esthétique sera peu onéreux, un ravalement complet de murs abîmés, parfois complété par une isolation par l’extérieur, sera en effet bien plus coûteux.

Les facteurs qui influencent le coût d’un ravalement

La fourchette des tarifs pratiqués pour les travaux classiques de rénovation d’une façade est très large, avec des prix s’étalant en moyenne entre 30 et 100 €/m², et parfois jusqu’à 200 €/m².

Les critères qui font varier les prix sont divers :

  • Le revêtement utilisé pour la façade : la peinture reste la moins onéreuse avec un tarif avoisinant 23 €/m², tout comme la lasure pour les maisons en bois, qui coûte entre 17 et 25 €/m². Les prix grimpent lorsqu’il s’agit d’enduit (de 20 à 80 €/m², selon qu’il s’agit d’un revêtement monocouche ou multicouche) et de crépi (à partir d’une quinzaine d’euros pour un crépi projeté sans finition et à partir de 50 € pour un crépi taloché).
  • La présence de briques, de pierres ou d’autres types de maçonnerie apparente : les travaux exigent alors plus de compétences et plus de temps, ce qui a une incidence sur le coût global du ravalement.
  • L’état de la façade, puisque plus il y aura de fissures, de problèmes d’étanchéité et de joints en mauvais état, plus la facture sera élevée. Le prix peut varier du simple au double entre le ravalement de la façade d’un bâtiment récent et celle d’un bâtiment plus ancien et détérioré.

Combien coûte chaque phase des travaux ?

Avant de procéder à l’application d’un nouveau revêtement, les professionnels du bâtiment à qui vous faites appel passent par une étape de nettoyage. Celle-ci est généralement facturée entre 4 et 30 €/m², en fonction de la technique utilisée. Il est en effet possible de nettoyer les murs soit par brossage, par gommage, par ponçage, par sablage, avec de l’eau à haute pression, etc. Certaines techniques demandent plus de savoir-faire et sont donc plus coûteuses.

Les artisans peuvent ensuite traiter la façade pour améliorer la perméabilité et éviter que mousses et champignons ne s’installent sur les murs. Pour cela, il faudra débourser au minimum 15 €/m² et jusqu’à 100 € selon le traitement utilisé. Même si cela impacte fortement votre budget, il faut être conscient qu’un tel traitement pourra vous éviter des désagréments sur le long terme.

Par ailleurs, certains propriétaires choisissent de procéder à une isolation par l’extérieur lors du ravalement de façade. Cela permet non seulement d’effectuer des économies d’énergie par la suite, mais aussi de réduire les frais fixes tels que la pose et la dépose de l’échafaudage. Il s’agit alors d’apposer un isolant sur les murs, puis de déposer une ou plusieurs couches d’enduit pour les recouvrir, ou de fixer un isolant sur les bardages. Il faudra alors compter entre 80 et 150 € HT/m², en fonction du bâtiment et de la performance des matériaux d’isolation. Sachez par ailleurs que cette opération vous permet de bénéficier sous conditions du crédit d’impôt pour la transition énergétique, pour un montant s’élevant à 30 % des dépenses réalisées.

Les coûts annexes au ravalement de façade

En complément du ravalement de façade, les professionnels facturent des prestations indispensables en amont et en aval des travaux. Parmi elles, on retrouve notamment le montage puis l’enlèvement d’un échafaudage, souvent indispensable. On estime en général qu’il faut débourser entre 50 et 200 €/jour pour la location d’un tel équipement.

Il faut également prendre en compte les coûts de nettoyage une fois le chantier terminé. Il est généralement proposé sous forme de forfait, et doit apparaître dans le devis initial.

À cela s’ajoutent les garanties et les assurances obligatoires, comme l’assurance dommage-ouvrages qui couvre les défauts et manquements qui remettent en cause la sécurité du bâtiment, les défauts de construction et l’arrêt du chantier avant la fin des travaux.  Vous pouvez également souscrire à une garantie de bon fonctionnement complémentaire, qui permet d’être couvert en cas de malfaçons.

Concrétisez
vos projets

Avec
Planète Services

Pap'S partout

Trouvez rapidement et gratuitement une
entreprise de qualité pour réaliser vos projets

Découvrir le concept